A Propos

A propos de l’Action Mondiale des Peuples sur la Migration, le Développement et les Droits Humains

 

Les réseaux de migrants et les organisations de la société civile dans toutes les régions du monde ont répondu aux divers développements politiques nationaux et globaux qui impactent les vies de tous les jours des communautés de migrants et réfugiés. La société civile globale a organisé et mobilisé pour intervenir activement pour réclamer un agenda sur la migration, développement et droits de l’Homme, en prenant la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (1945), la convention des Nations unies sur les Droits des Travailleurs migrants et leurs familles (MWC 1990) et la Déclaration des Nations Unies sur le Droit au Développement (1986) comme points de départ. Celles-ci ont été des démonstrations de nos droits et de nos responsabilités, ainsi que du développement des mouvements mondiaux de migrants et autres de la société civile.

C’est à cet égard que nous avons accueilli avec satisfaction l’initiative prise par les Nations Unies d’organiser le premier Dialogue de haut niveau sur la migration et le développement (HLD) en 2006, tout en dénigrant son abandon des droits humains des migrants et la marginalisation flagrante des dirigeants et des voix des communautés de migrants de ses processus officiels. En réponse, les membres de Migrants Rights International (Droits des Migrants International) et ses autres partenaires de la société civile ont lancé un forum parallèle et indépendant sur la société civile au cours du Dialogue de haut niveau de 2006 (qui comprenait le lien critique entre les droits des migrants et la priorité donnée au leadership et aux voix des migrants), et chaque année ensuite conjointement avec le Forum mondial annuel sur la migration et le développement (FMMD) et le HLD 2013. Ces forums parallèles se sont déroulés comme suit:

Initialement appelé Dialogue communautaire sur la migration, le développement et les droits de l’homme, il a été renommé en 2008 sous le nom désormais permanent d’Action mondiale des peuples pour la migration, le développement et les droits de l’Homme (PGA).

Aujourd’hui, la PGA rassemble des associations de migrants, des organisations de défense des droits des migrants, des syndicats, des groupes confessionnels, des universités et d’autres sociétés civiles du monde entier pour partager des informations, dialoguer, renforcer des analyses et développer des actions et des campagnes communes sur les problèmes actuels et émergents liés à la migration.

Il fournit un espace essentiel pour permettre à la société civile d’engager de manière critique le processus du FMMD des gouvernements et d’inviter les États à élaborer des politiques en matière de migration et de développement à partir d’un cadre des droits de l’Homme, et à tenir les gouvernements responsables de leurs engagements internationaux en matière de droits de l’homme et de développement. La PGA ouvre également la voie au renforcement des capacités et au développement des mouvements et des réseaux.

La PGA continue de donner la priorité aux voix et aux leadership des bases de migrants organisés , des réseaux de la diaspora et des communautés, qui sont généralement marginalisés dans les forums internationaux. Les discussions du PGA sont axées sur les droits de l’Homme en tant que base du développement et explorent, dans une perspective fondée sur les droits, l’ensemble des problèmes liés à la migration, y compris les problèmes sous-jacents de pauvreté et de l’injustice, ainsi que la manière dont la société civile et les gouvernements doivent les aborder.

Depuis ses origines, la PGA a mobilisé des milliers de participants dans le cadre de ses processus régionaux et sectoriels en cours, de ses ateliers, de ses caucus auto-organisés, de ses actions publiques et de nombreux autres événements. Il a facilité le lancement d’une coalition mondiale, la Coalition mondiale sur la migration (GCM), des réseaux régionaux tels que le Réseau panafricain pour la défense des droits des migrants (PANiDMR) et le Réseau des femmes dans la migration (WIMN, anciennement Groupe de travail sur les femmes et la migration mondiale). ), ainsi que des dizaines d’autres groupes de travail et processus en cours.

Aujourd’hui, la PGA est organisée conjointement par une large coalition de groupes de migrants internationaux et locaux, de syndicats, d’organisations de défense des droits de l’homme, de groupes religieux/basés sur la foi, ainsi que d’autres ONG et réseaux. La structure d’organisation comprend généralement un comité international (CI) aux côtés d’un comité d’organisation local (COL) et d’autres organes connexes.

Cette année, elle se tiendra du 8 au 9 Decembre 2018, au COS ONE de Marrakech, Maroc.

Ressources Additionnelles :